Connect with us

Société

Au Cameroun, les fumeurs de chicha font de la résistance

Pourtant interdite, elle continue d’être consommée dans les bars.

Publié il y a

le

Interdite en février dernier dans tout le pays, elle continue pourtant d’être consommée dans les snack-bars.

En février 2022, l’importation, la vente, la promotion et la consommation de la chicha au Cameroun ont été interdites, pour des raisons de santé publique. Le pays rejoignait ainsi plusieurs autres comme le Kenya, la Gambie, la Tanzanie, le Rwanda, le Ghana et le Sénégal. 

Pourtant, après un tour dans les snack-bars de Yaoundé, la capitale, l’on observe que cette pipe à eau permettant de fumer le tabac continue d’être vendue et consommée. Que ce soit à au lieu-dit Tsinga ou Nouvelle route Bastos, Briqueterie, il y a toujours des coins chicha dans des lieux de consommation d’alcool. Confirmant ainsi que son usage est toujours en pleine expansion. D’après le ministère de la santé publique, 46% des jeunes de 15 à 20 ans l’ont déjà expérimentée.

Une forte nocivité

Or, la chica est nocive et toxique, puisque composée de 28% de tabac et 70% de mélasse (sirop contenant du sucre, des arômes tels que la fraise, la pomme ou la noix de coco), qui lui donne un goût acidulé. Le Comité national de lutte contre les drogues estime que pour une séance de chicha de 45 minutes, on consomme la nicotine équivalant à celle d’une cigarette et demi, le monoxyde de carbone de 20 cigarettes, le goudron de 26 cigarettes et un volume de fumée de 40 cigarettes. 

L’autre élément de dangerosité de la chicha est son mode d’administration. « C’est-à-dire par voie inhalée. Ça va directement dans le cerveau et ça demande seulement 7 à 10 secondes pour y arriver. Donc l’effet est immédiat. C’est différent de celui qui prend un comprimé comme le Tramadol qui prend 7 à 10 minutes avant d’agir, ou celui qui s’injecte », explique le Dr Marileine Kemme Kemme, médecin-addictologue. 

Renforcer les contrôles

La question de l’application réelle de cette mesure au Cameroun reste donc un enjeu majeur. « Il faut qu’on puisse véritablement mette en application cette loi », plaide le Dr Kemme Kemme. Ce d’autant plus que la chicha, comme le tabac, expose à une myriade de pathologies comme les maladies cardiovasculaires ou de la peau, l’hypertension, le diabète, la fracture du myocarde, les AVC, les cancers de la gorge, des poumons, du foie, des reins. Elle peut aussi avoir un impact sur la sexualité, la baisse de la libido, un désintérêt pour l’activité sexuelle, et des troubles de l’érection. 

INFOS PRATIQUES :

Les services de santé au Cameroun

Maroc2 heures

Un nouveau contrat-programme pour une nouvelle industrie pharmaceutique

COVID-193 heures

Agadir : le programme médical régional est connu

Actualités5 heures

Congo-Kinshasa: L'UNICEF salue la fin de l'épidémie d'Ebola dans la province du Nord-Kivu

Actualités5 heures

Afrique Centrale: Ebola en RDC déclarée terminée, l'Ouganda renforce sa riposte

Actualités5 heures

Congo-Kinshasa: Nord-Kivu – Jean Jacques Mbungani déclare officiellement la fin de la 15ème épidémie d'Ebola à Beni

Santé6 heures

Ile Maurice: Dr Oomesh Shamloll – « Il faut davantage de professionnels de santé super spécialisés »

COVID-196 heures

Ile Maurice: Santé publique – Donner du peps à la PrEP, nouvelle stratégie de prévention du VIH

Santé6 heures

Hausse de la natalité : plus de 740 000 bébés sont nés en 2021

Santé7 heures

​​Siri, Alexa, Google Home… Les assistants vocaux seraient néfastes pour les enfants

COVID-197 heures

Afrique Centrale: Epidémie d'Ebola, l'Ouganda en état d'alerte

Actualités7 heures

Sénégal: Lutte contre la rage humaine au pays – Déjà, trois décès notifiés

Santé10 heures

Médicaments génériques : les avantages et les inconvénients

Maroc11 heures

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’huile de palme

Société1 jour

Au Maroc, les ravages des avortements clandestins

Vidéos1 jour

Environnement : la Tunisie se lance dans les énergies renouvelables

Santé publique2 jours

La Guinée améliore l’accès des personnes vulnérables aux soins de santé

Populaire

© 2021 Santé en Afrique