Connect with us

Cancer

Cameroun : quels remèdes face à la progression fulgurante des cancers gynécologiques ?

Le pays cherche à réduire leur taux de mortalité.

Publié il y a

le

Le pays cherche à réduire le taux de mortalité  des cancers du sein et du col de l’utérus.

Chaque année, le Cameroun enregistre environ 2 300 cas environ de cancer du col de l’utérus et près de 3 300 cas du cancer du sein. Le taux de mortalité de ces deux formes de cancers s’élève à 50%. Et, d’après le Comité national de lutte contre le cancer (CNLCa), 80% des cas arrivent à l’hôpital à des stades avancés, métastasés. En d’autres termes, lorsque les moyens thérapeutiques mis en place ont peu de chances d’atteindre un résultat.

Des chiffres préoccupants

Autres données : le taux d’abandon du traitement qui se situe à 20%, et celui des patientes décédant  après le début du traitement qui tourne autour de 30%. Or, si la maladie est diagnostiquée tôt, le traitement avoisine un succès de 80%. C’est l’une des conclusions des praticiens réunis à Yaoundé, début juin, pour le cinquième congrès de la Société camerounaise de cancérologie et d’anatomie pathologique. 

Prévention et prise en charge

En 2021 par exemple, plus de 20 000 nouveaux cas de cancers ont été diagnostiqués au Cameroun. Le congrès de Société de cancérologie a porté sur la prévention et la prise en charge des cancers gynécologiques, mammaires, digestifs et oto-rhino-laryngologistes. Il faut noter que la maladie commence par des lésions cancéreuses, qui peuvent durer quinze ans. À ce stade, les moyens thérapeutiques sont efficaces. Mais, passée cette étape, les lésions se transforment en cancer et réduisent les chances de survie.

INFOS PRATIQUES :

Les services de santé au Cameroun

Pour en savoir plus sur le cancer en Afrique

Populaires

© 2022 Santé en Afrique