Connect with us

Grossesse-Enfants

Le Tchad face au défi de la santé maternelle, néonatale et infantile

Le pays présente des taux de mortalité élevés à ces trois niveaux.

Publié il y a

le

Le pays présente des taux de mortalité plutôt élevés à ces trois niveaux.

Les statistiques de la mortalité maternelle, néonatale et infantile sont relativement élevées au Tchad. Dans le détail, le taux de la mortalité maternelle est de 860 pour 100 000 naissances. Celui de la mortalité néonatale est à 33 pour 1000 naissances vivantes. La mortalité infantile, quant à elle, est de 78 % des naissances vivantes tandis celle infanto-juvénile caracole à 122 pour 1000 naissances vivantes. 

Suffisant donc pour que le ministère de la santé publique et de la solidarité nationale, qui publie ces chiffres, organisait depuis le 28 mars un dialogue national sur le sujet. Il avait pour objectif de trouver des voies et moyens adaptés et innovants pour accélérer sa réduction

Diagnostic alarmant

Le colloque a réuni pendant cinq jours, plus de 300 personnes dont chefs de villages, gouverneurs des provinces, chefs religieux et coutumiers, maires des villes pour diagnostiquer les maux qui minent la santé de reproduction. Ils ont ainsi pris des engagements pour contribuer à réduire le taux de la mortalité maternelle, néonatale et infantile au Tchad. 

Il s’agit notamment d’intensifier la sensibilisation des couples et les familles afin que les femmes utilisent les services de planification familiale de consultation pré et postnatale et services d’accouchement, les services de vaccination pour les nouveau-nés et les enfants, et l’allaitement maternel exclusif.

Respecter la législation

Entreprendre le recensement continu des femmes enceintes, des enfants de moins d’un an, des femmes porteuses de fistules obstétricales et la notification des naissances, des décès maternels, néonatales  qui surviennent dans la communauté. Il faudra aussi veiller à l’application des textes législatifs et règlementaires relatifs à la santé de reproduction, à l’élimination des mutilations génitales féminines, aux mariages des enfants et à la traite des enfants. Enfin, il sera question de sensibiliser les accoucheuses traditionnelles à accompagner et orienter les femmes enceintes vers les structures de santé. 

Les services de santé au Tchad

Santé2 heures

Syndrome de l'intestin irritable : 6 idées fausses très répandues

COVID-198 heures

Rwanda: Lutte contre le paludisme – « Le vaccin RTS,S est une bonne solution »

Santé15 heures

Congo-Brazzaville: Hôpital de Panzi – Le département de chirurgie minimale invasive et cure de fistule inauguré

COVID-1915 heures

Maroc: Une délégation de l'INDH visite le Centre d'hémodialyse équipé par le Maroc à Franceville

COVID-1915 heures

Congo-Brazzaville: Concours  » Excellence Dafra  » – Les lauréats de la première édition primés

Maroc15 heures

Ile Maurice: Octobre rose | Elisa Ramchurn – les affres de l'attente d'un résultat de biopsie

Santé15 heures

Campagne « Octobre Rose » 2022: Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye mise sur une implication des populations pour…

COVID-1916 heures

Madagascar: Variole du singe – Une nouvelle menace pour l'univers

COVID-1916 heures

Sénégal: Sédhiou – Relance des activités de vaccination de masse contre la Covid-19

Santé16 heures

Sénégal: Evaluation plan stratégique 2018-2022 – La Cnls sur de nouvelles bases

Santé1 jour

Cancer du sein : pourquoi certaines femmes rechutent et pas d’autres ?

Santé2 jours

Risque-t-on une pénurie de médicaments génériques cet hiver ?

Santé2 jours

Pourquoi la Bretagne connaît un taux de cancer de la peau trois fois supérieur à la moyenne nationale ?

Santé2 jours

Afrique: Résultats de la reconstitution des ressources du Fonds mondial – un appel à une plus grande efficacité des dépenses de santé en Afrique

Santé2 jours

Afrique: Septième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial – Un succès en demi-teinte

COVID-192 jours

Afrique: Les deux principaux défis du Fonds Mondial à court terme

Populaire

© 2021 Santé en Afrique