Connect with us

Santé publique

Les boissons énergisantes font des ravages chez les jeunes Maliens

Beaucoup en consomment, pour certains une dizaine de cannettes par jour, sans toujours être au courant des multiples conséquences néfastes sur leur santé.

Publié il y a

le

Beaucoup de jeunes consomment des boissons énergisantes, pour certains une dizaine de cannettes par jour, sans toujours mesurer les multiples conséquences néfastes pour leur santé.

Elles sont partout, de toutes les couleurs, et apparaissent sous des designs les uns aussi attractifs que les autres. Dans les rues de Bamako, difficile de ne pas remarquer les affiches publicitaires vantant les supposés bienfaits des boissons énergisantes. Environ dix marques sont disponibles sur le marché malien, dont une seule est fabriquée localement. Un véritable boom, à l’image de celui observé en Europe au milieu des années 1990, lorsque ces boissons énergisantes ont commencé à inonder les rayons de supermarchés. 

«Rester à la fatigue»

Elles séduisent les jeunes qui pensent pouvoir y trouver force et vitalité. Pourtant, leur prix n’est pas donné. Pour une cannette de ce breuvage, il faut débourser entre 500 francs et 1000 francs CFA (1,50 euro). Presque une fortune dans un pays où plus de 40% des habitants sont touchés par une grande pauvreté, et où le chômage des jeunes entre 15 et 24 ans oscille autour de 16%.

Youssouf Coulibaly vit à Sikasso. C’est la deuxième plus grande ville du pays, à 375 km de Bamako, près de la frontière avec le Burkina Faso. Le jeune homme est un grand amateur des boissons énergisantes qu’il a commencé à consommer il y a quatre ans. «Avec mes nombreuses activités, il me faut en consommer régulièrement pour pouvoir tenir toute la journée. Même lorsque je rentre à la maison après le travail, j’en consomme pour me détendre», affirme cet assistant logisticien.

Dans le milieu estudiantin, nombreux sont ceux qui s’appuient sur ces boissons dans le but de résister à la fatigue. C’est le cas de Seydou Tangara, étudiant en droit public à l’université de Bamako. Il en boit de grandes quantités depuis deux ans. «À côté de mes études, je fais de petits boulots pour subvenir à mes besoins. Si je veux rester concentré pour réviser mes cours, je n’ai pas d’autre choix: il me faut une boisson énergisante», confie-t-il. Seydou Tangara affirme consommer une dizaine de canettes par jour. Surprenant ! Surtout quand on connaît les sommes que cela représente: 5.000 francs (env. 8 euros). Mais, surtout, eu égard aux risques pour la santé.

Des risques pour la santé

En effet, ces boissons contiennent de fortes doses de sucre, de caféine et de taurine, qui sont des stimulants de systèmes nerveux. À titre d’exemple, le contenu d’une canette équivaut à trois tasses de café. Certes, la caféine est connue pour lutter contre la fatigue, développer la mémoire et améliorer la concentration. Mais consommée en grande quantité, «la caféine peut entraîner des troubles de comportement et augmenter la tension artérielle, explique Guindo Aly, endocrinologue au centre de santé communautaire de Lafiabougou, dans la banlieue de Bamako. Leur consommation à terme peut causer des arrêts cardiaques, l’obésité, l’hypertension ou le diabète. Elle peut aussi provoquer des troubles sexuels chez la femme comme chez l’homme». 

Est-ce cela qui a fini par dissuader Issa Sidibé? Le jeune Bamakois affirme avoir arrêté après une consommation intensive. «Après des malaises à répétition, un médecin m’a fait comprendre que ces boissons contiennent des composants qui perturbent la circulation sanguine et provoquent l’accélération du rythme cardiaque», témoigne-t-il. En guise de solution, pour limiter le phénomène au Mali, l’endocrinologue Guindo Aly, plaide pour une plus grande sensibilisation de la jeunesse et une réglementation plus stricte de la vente de ces produits. 

INFORMATIONS PRATIQUES :

Les services de santé au Mali

Santé3 heures

Syndrome de l'intestin irritable : 6 idées fausses très répandues

COVID-1910 heures

Rwanda: Lutte contre le paludisme – « Le vaccin RTS,S est une bonne solution »

Santé16 heures

Congo-Brazzaville: Hôpital de Panzi – Le département de chirurgie minimale invasive et cure de fistule inauguré

COVID-1916 heures

Maroc: Une délégation de l'INDH visite le Centre d'hémodialyse équipé par le Maroc à Franceville

COVID-1916 heures

Congo-Brazzaville: Concours  » Excellence Dafra  » – Les lauréats de la première édition primés

Maroc16 heures

Ile Maurice: Octobre rose | Elisa Ramchurn – les affres de l'attente d'un résultat de biopsie

Santé16 heures

Campagne « Octobre Rose » 2022: Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye mise sur une implication des populations pour…

COVID-1917 heures

Madagascar: Variole du singe – Une nouvelle menace pour l'univers

COVID-1917 heures

Sénégal: Sédhiou – Relance des activités de vaccination de masse contre la Covid-19

Santé17 heures

Sénégal: Evaluation plan stratégique 2018-2022 – La Cnls sur de nouvelles bases

Santé1 jour

Cancer du sein : pourquoi certaines femmes rechutent et pas d’autres ?

Santé2 jours

Risque-t-on une pénurie de médicaments génériques cet hiver ?

Santé2 jours

Pourquoi la Bretagne connaît un taux de cancer de la peau trois fois supérieur à la moyenne nationale ?

Santé2 jours

Afrique: Résultats de la reconstitution des ressources du Fonds mondial – un appel à une plus grande efficacité des dépenses de santé en Afrique

Santé2 jours

Afrique: Septième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial – Un succès en demi-teinte

COVID-192 jours

Afrique: Les deux principaux défis du Fonds Mondial à court terme

Populaire

© 2021 Santé en Afrique