Connect with us

Grossesse-Enfants

Santé néonatale : la success story des couveuses Made in Cameroon

Elles s’adaptent aux conditions climatiques du pays.

Publié il y a

le

Fabriquées par des ingénieurs locaux, elles s’adaptent aux conditions climatiques du pays.

Les nouveau-nés prématurés qui ne sont pas nés sous la bonne étoile au Cameroun connaissent un triste sort. Environ dix mille d’entre eux meurent chaque année dans les formations sanitaires pour déficit de couveuses, couveuses défectueuses ou non-fonctionnelles. Soit un décès toutes les vingt minutes.

En 2019, l’Agence française de développement indiquait que le pays disposait de moins de cent couveuses pour plus de sept mille formations sanitaires. En 2021, le nombre d’appareils aurait été multiplié par deux. Mais cela reste insuffisant.

Certaines unités néonatales de huit places n’ont que deux couveuses et deux radiants. D’où le boom des couveuses « Made in Cameroon » auquel on assiste depuis trois ans.  Huit viennent ainsi d’être remises à des formations sanitaires publiques à travers le pays.

Soulager les familles

Comme celle connectée, inventée en 2019, elles ont été fabriquées au Cameroun par des ingénieurs et spécialistes de l’Agence universitaire de l’innovation (AUI) de l’université de Dschang. 

Ces appareils médicaux pour prématurés ont été adaptés au contexte local : réglage de température, option solaire, maintenance de proximité et anticipée, monitoring à partir d’un portable ou autre terminal, photothérapie… Elles sont également dotées d’une étanchéité acoustique et d’une protection optimale du nourrisson. 

L’objectif est non seulement de promouvoir le « Made in Cameroon », mais aussi et surtout de doter les hôpitaux avec cet appareil important, soulager les souffrances des familles et faire baisser le taux de mortalité néonatale

INFOS PRATIQUES :

Les services de santé au Cameroun

COVID-1955 minutes

Grippe : rebond de l’épidémie à la faveur d’une nouvelle souche

Santé3 heures

Des traitements contre le cancer approuvés par la FDA et l'EMA… Mais non remboursés en France

Santé16 heures

L’UM6P et le Groupe Akdital s’unissent pour le développement d’un Centre d’oncologie à Benguerir

COVID-1916 heures

Infections à pneumocoques : un nouveau vaccin plus efficace disponible dans les dispensaires

Beauté-Hygiene17 heures

La « skin barrier », cette nouvelle routine beauté qui emballe les réseaux sociaux

COVID-1917 heures

Togo: La vérité des chiffres

Santé17 heures

Ethiopie: Transport aérien – Ethiopian Airlines annonce la reprise normale de ses vols vers la Chine

Santé17 heures

Bronchiolite bébé : traitement, symptômes, à quel âge ?

Actualités17 heures

Vaccin contre le papillomavirus (Gardasil® et Cervarix®) : chez l'homme, à quel âge, quels effets secondaires ?

COVID-1918 heures

Niger: l'épidémie de méningite a déjà fait 18 morts, s'inquiète l'OMS

Environnement18 heures

Pollution de l’air: le rôle néfaste des décharges publiques

Grossesse-Enfants19 heures

Les femmes trans pourraient bientôt porter des enfants grâce aux greffes d’utérus

Santé21 heures

Cancer du col de l’utérus : le dépistage diffère-t-il en fonction de la sexualité ?

Nutrition-Alimentation22 heures

De la viande à base d’algues, bon appétit!

Société24 heures

Zoom sur l’impact des inégalités de genre dans l’accès aux soins de santé

Maladies Chroniques2 jours

Diabète: la vie en couple permet de limiter les risques

Populaires

© 2023 Santé en Afrique