Connect with us

Grossesse-Enfants

Santé néonatale : la success story des couveuses Made in Cameroon

Elles s’adaptent aux conditions climatiques du pays.

Publié il y a

le

Fabriquées par des ingénieurs locaux, elles s’adaptent aux conditions climatiques du pays.

Les nouveau-nés prématurés qui ne sont pas nés sous la bonne étoile au Cameroun connaissent un triste sort. Environ dix mille d’entre eux meurent chaque année dans les formations sanitaires pour déficit de couveuses, couveuses défectueuses ou non-fonctionnelles. Soit un décès toutes les vingt minutes.

En 2019, l’Agence française de développement indiquait que le pays disposait de moins de cent couveuses pour plus de sept mille formations sanitaires. En 2021, le nombre d’appareils aurait été multiplié par deux. Mais cela reste insuffisant.

Certaines unités néonatales de huit places n’ont que deux couveuses et deux radiants. D’où le boom des couveuses « Made in Cameroon » auquel on assiste depuis trois ans.  Huit viennent ainsi d’être remises à des formations sanitaires publiques à travers le pays.

Soulager les familles

Comme celle connectée, inventée en 2019, elles ont été fabriquées au Cameroun par des ingénieurs et spécialistes de l’Agence universitaire de l’innovation (AUI) de l’université de Dschang. 

Ces appareils médicaux pour prématurés ont été adaptés au contexte local : réglage de température, option solaire, maintenance de proximité et anticipée, monitoring à partir d’un portable ou autre terminal, photothérapie… Elles sont également dotées d’une étanchéité acoustique et d’une protection optimale du nourrisson. 

L’objectif est non seulement de promouvoir le « Made in Cameroon », mais aussi et surtout de doter les hôpitaux avec cet appareil important, soulager les souffrances des familles et faire baisser le taux de mortalité néonatale

INFOS PRATIQUES :

Les services de santé au Cameroun

Populaire

© 2021 Santé en Afrique