Connect with us

Société

Au Cameroun, ces préjugés qui entourent le don de sang

Cet acte de solidarité pâtit des réticences sociales et religieuses.

Publié il y a

le

Cet acte de solidarité pâtit des réticences liées aux croyances socio-culturelles et religieuses.

Pour remplir l’objectif de deux cents quatre-vingts mille poches de sang dont le Cameroun a besoin, il faudrait qu’un pour cent de la population se porte donneur bénévole, volontaire et non rémunéré. Malheureusement, le pays en est encore loin, s’alarme le Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Qu’est-ce qui explique cette faible mobilisation autour du don de sang ? 

Pour nombre d’observateurs et d’analystes, les réticences sont portées par des croyances socioculturelles, religieuses et autres préjugés. Certaines traditions considèrent que donner son sang revient à donner une partie de son âme à l’autre. Mais des raisons plus objectives viennent s’ajouter à la superstition. Des donneurs témoignent être lassés de faire ce geste, car n’ayant pas pu en bénéficier en retour quand le besoin s’est posé pour un de leurs proches. 

Déconstruire les clichés

Résultat des courses, une pénurie menace constamment les banques de sang. La demande nationale en transfusion sanguine est estimée à quatre cent mille poches. En 2020, moins de cent mille avaient pu être collectées. Heureusement, l’année d’après, ce chiffre a progressé d’un tiers. Mais le poids des superstitions empêche toujours d’assurer une disponibilité suffisante.

Comment donc déconstruire les préjugés autour de ce geste qui sauve des vies ? Le CNTS a saisi l’occasion de la Journée mondiale du don de sang, le 14 juin, pour évoquer le déploiement d’une nouvelle stratégie de sensibilisation. L’instance compte, par exemple, solliciter les services des grands footballeurs du pays tels que Roger Mila, ambassadeur itinérant de football, et Samuel Eto’o, président de la Fédération camerounaise de football, afin que ces derniers encouragent la jeunesse à cet acte de solidarité.

INFOS PRATIQUES :

Les services de santé au Cameroun

Afrique subsaharienne14 heures

Kinshasa : un groupe de travail Santé sexuelle et reproductive formé sur le dispositif minimum d’urgence en situation de crise humanitaire

Santé15 heures

Ile Maurice: Œuvre caritative – Ruby et Dave font le tour de Maurice pour Link to Life

COVID-1915 heures

E-commerce: boom des transactions, mais quelle protection des données personnelles des usagers? (enquête)

Santé17 heures

Projet nouvel hôpital A. Le Dantec : Non à la politisation et à l’amalgame (Par Dr Mansour Diouf)*

Santé18 heures

Insolite : des chercheurs ressuscitent les organes d'un cochon après sa mort

Maroc20 heures

Agadir: un guide médical en amazigh conçu pour faciliter les échanges entre patients et praticiens

Santé1 jour

Marcher deux à cinq minutes après le repas réduirait le risque de diabète

Santé1 jour

Le virus de la polio détecté dans les eaux usées à New York

Afrique subsaharienne1 jour

Fièvre jaune : vaccination massive au Congo-Brazzaville

Actualités2 jours

Lutte contre les épidémies en Afrique : les chimistes en première ligne

Vidéos2 jours

Nutrition : pourquoi il est déconseillé de manger des fruits à la fin des repas

Société2 jours

Le Cameroun interdit la commercialisation des compléments alimentaires

COVID-192 jours

Fin des tests PCR à l’arrivée et au départ de Madagascar

Maghreb3 jours

Covid-19 : comment la Tunisie a géré la sixième vague

Actualités3 jours

Le Rwanda choisi pour abriter le siège de la future Agence africaine du médicament

Société3 jours

Grossesses précoces : un problème majeur pour les jeunes filles en Afrique

Populaire

© 2021 Santé en Afrique