Suivez-nous

Développement

Comment l’Afrique du Nord s’impose dans la production de médicaments

Objectif: surmonter sa dépendance aux firmes internationales.

Khalil Jelassi

Publié il y a

le

Comment l'Afrique du Nord s'impose dans la production de médicaments

La Tunisie, le Maroc, l’Algérie et même l’Egypte entendent devenir, chacun à sa manière, un centre de production médicaments sur continent africain. En Tunisie, l’industrie pharmaceutique fournit déjà 54% des besoins et ambitionne de monter à 70% d’ici quelques années. Mais comment y parvenir? Deux pistes se dégagent: d’une part la production de nouveaux types de médicaments et, d’autre part, l’encouragement des investissements dans ce secteur.

Ainsi, la Tunisie envisage-t-elle de s’orienter vers la biotechnologie, avec la fabrication de médicaments provenant d’organismes vivants. Un processus offrant de nombreux espoirs dans le traitement de certaines maladies. Il faudra également encourager la production des médicaments contre les maladies cardiovasculaires, dans un pays où ces pathologies sont à l’origine d’environ 20% de la mortalité prématurée, selon l’OMS.

Une ambition sous-régionale

L’Algérie, voisine de la Tunisie, opte pour une coopération internationale, notamment avec la Russie. Ainsi, plusieurs laboratoires pharmaceutiques implantés dans le pays se sont lancés dans la fabrication locale de médicaments anticancéreux. L’Algérie compte également orienter sa production vers les médicaments traitant les maladies respiratoires, les vaccins et les produits parapharmaceutiques.

Le pays devrait économiser quatre-vingt-treize millions de dollars par an grâce à la production locale de trente-sept nouveaux produits pharmaceutiques auparavant importés, ainsi qu’à l’enregistrement de seize médicaments issus des premiers biosimilaires et génériques. 

Populaires