Suivez-nous

Grossesse-Enfants

La voix des parents réduirait les douleurs du bébé prématuré

Le chant et la parole calmeraient l’enfant et structureraient son comportement.

Harding M'BRA

Publié il y a

le

La voix des parents réduirait les douleurs du bébé prématuré

La constitution physiologique incomplète du bébé né prématurément, l’expose à des maux tels que des difficultés respiratoires, de thermorégulation ou à des risques d’infection. D’où une batterie de procédures, vitales mais douloureuses, mises en place pour le maintenir en vie.

Selon une étude publiée dans le revue scientifique Larecherche.fr, la voix des parents serait une stratégie de soins pour les bébés prématurés. C’est-à-dire, ceux qui naissent à partir de la vingt-neuvième semaine de gestation. « Le contact vocal précoce est une stratégie de soins qui vise à réduire l’impact à long terme de l’hospitalisation néonatale, à minimiser les effets négatifs de la naissance prématurée et à favoriser le développement du cerveau », explique l’autrice de l’article, Manuela Filippa, docteure en physiologie à l’université de Genève et spécialistes en sciences affectives.

Ainsi, le chant et la parole calmeraient l’enfant et structureraient son comportement. Quand la mère ou le père parle ou chante, a observé la spécialiste dans son étude, le bébé devient plus stable, subit moins d’épisodes critiques, que ce soit au niveau cardiaque ou respiratoire. Dans le même registre, Scienceetavenir.fr fait observer que le nourrisson prématuré, exposé à la voix de sa mère a un cortex auditif plus épais bénéfique pour sa santé. Le site rapporte les travaux du neuroscientifique Amir Lahav de la Harvard Medical School de Boston (États-Unis).

Ce phénomène s’expliquerait par la relation forte existante déjà in utero entre le fœtus et la mère, et qui se poursuivrait à la naissance. Ce à quoi Manuel Filippa ajoute sur Slate.fr : « Le message clé, c’est qu’il est très important d’impliquer les parents dans les soins précoces de leurs nourrissons prématurés, […] en utilisant leur voix. »

Populaires

© 2023 Santé en Afrique