Connect with us

Nutrition-Alimentation

Découvrez les bienfaits du thiéboudiène, ce plat sénégalais bien connu

La recette a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

Publié il y a

le

Le Jolof rice ou riz au poisson —appelé également ceebu jën, selon l’orthographe wolof— a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco à la demande du Sénégal. Au-delà du débat entre nations ouest-africaines sur la paternité de ce mets, les défis qui attendent le Sénégal pour tirer profit de cette reconnaissance sont nombreux.

L’origine de ce plat est liée, d’abord, à un point d’histoire. Précisément, la colonisation a substitué aux cultures vivrières la brisure de riz, importée à partir de l’Indochine. Ensuite, interviendra ce que nous avons appelé dans notre livre Le ceebu jën, un patrimoine bien sénégalais le coup de génie des autochtones, notamment des Saint-louisiens. Sous ce rapport, la principale curiosité était la suivante : comment réussir, à partir de ce qu’on n’a pas produit, à créer du tout à fait nouveau. Et en l’occurrence, pour le ceebu jën, ce n’est pas uniquement le riz qui est exporté. Excepté le poisson, pratiquement toutes ses composantes essentielles témoignent, par leur provenance, d’une économie extravertie.

INFOS PRATIQUES :

Les services de santé au Sénégal

Lire la suite dans The Conversation

Populaires

© 2022 Santé en Afrique